GuidesAccueil

Lois héraldiques

Guide héraldique
 Veuve de J. Sorin
PROUST Anne
Veuve de J. Sorin
 CLAVEYSON
CLAVÊSON
CLAVEYSON
 BAN-SUR-MEURTHE-CLEFCY

BAN-SUR-MEURTHE-CLEFCY
 Sieur de Courtimont
Charles de RONGE
Sieur de Courtimont
 Seigneur de Bernon, en Champagne
de PINTEVILLE Pierre
Seigneur de Bernon, en Champagne

Guide héraldique

4057
Un blason voit sa naissance liée au respect de règles strictes et immuables.

Si les lois héraldiques sont strictement définies, comme toutes les lois, elles sont parfois sciemment trangressées pour réaliser ce qui devient alors des armes à enquerre, armes invitant à questionner sur les causes de cette transgression.

Les armes à enquerre les plus connues sont celles de Godefroid de Bouillon - qui porte d'argent à une croix potencée d'or cantonnée de quatre croisettes du même ; ces armes furent aussi de Jérusalem. Le blason autrichien - de gueules à une bande d'argent est aussi un blason à enquerre.

Des sujets variés et illustrés

9017

Héraldique

6250

Lois héraldiques

Comme toute science, l'Héraldique respecte des règles qui, si elles sont strictes, sont parfois transgressées dans certains cas. Au nombre de quatre, ces lois fixent les règles de 'élaboration du blason. Si la transgression de ces lois existe, elle se fait dans des cas très précis et respecte certaines règles bien établies.

Jérusalem
JÉRUSALEM
d'argent à la croix potencée d'or
cantonnée de quatre croisettes du même.

BPremière loi héraldique

BON NE MET JAMAIS MÉTAL SUR MÉTAL,
BON NE MET JAMAIS COULEUR SUR COULEUR,
BON NE MET JAMAIS PANNE SUR PANNE.

Cette première loi héraldique vous signifie qu'il vous est impossible de mettre Argent sur Or, ou l'inverse. De même, cette loi vous interdit l'Azur sur Gueules ou toute autre combinaison de couleur. De même, l'Hermine sur le Vair, ou inversement est aussi prohibé.

Comme bien des lois, celle-ci n'échappe pas aux transgressions. Elles sont possibles mais particulièrement encadrées.














H
AMSTERDAM
de gueules au pal cousu de sable
chargé de trois flanchis d'argent.

B1° exception: LES ARMES À ENQUERRE

Les Armes à enquerre violent sciemment les lois héraldiques pour provoquer un questionnement ou interrogation de la part de leur lecteur: il s'enquerre. Très souvent, ces armes sont anciennes et rappellent un fait d'arme ou un exploit liée au premier possesseur de cet écu.

L'exemple le plus célèbre d'armes à enquerre est le blason de Jérusalem qui présente un métal sur métal. Ces armes rappellent la prise de Jérusalem et son premier roi, le croisé Godefroy de Bouillon. Elles lui furent concédées pour glorifier ce fait d'armes et le premier roi de ce Royaume à devenir...

Une transgression de cette première règle n'impose pas une enquerre systématique et certaines armes, comme celles d'Amsterdam, en sont un bon exemple: Le sable étant considéré comme métal par les héraldistes flamands, il n'y a alors aucune transgression de la première loi héraldique.















Blasons
IMBAULT Charles
ingénieur du Roi,
Chevalier de Saint Louis,
commissiaire provincial de l'artillerie.

B2° exception: L'ÉCU COMPOSÉ

Un écu composé échappe à cette première loi héraldique car chaque quartier est considéré comme une entité propre. Un écu composé peut donc présenter des juxtapositions ou superpositions de métaux, couleurs ou pannes sans que cela ne contrarie cette première loi héraldique. Il est possible d'illustrer cette exception par une foule d'exemples comme celui de Charles Imbault, qui porte:


au 1°, de gueules à un léopard d'argent, la queue fourchue; au 2°, d'argent à un lion de sable couronné de même; au 3°, de gueules au pal alésé d'argent surmonté de deux mâcles d'or; au 4°, d'or à trois têtes de loup de sable arrachées et lampassées de gueules; au 5° d'or à un ormeau arraché de sinople; au 6°, à une croix d'or cantonnée de quatre soleils du même; au 7°, d'azur à trois soucis d'or; au 8°, parti d'argent et d'azur à une fleurdelys de l'un en l'autre; et sur le tout à un écusson de gueules à cinq cotices d'or.