GuidesAccueil

Lorient

Étymologies et toponymes
Lorient
Lorient: la chapelle Saint Christophe

Sponsor

lorient
<Cliquer l'image>

Cette entreprise soutient notre projet; nous l'en remercions. Faites-la travailler !.


  • VOTRE ENTREPRISE
    Son adresse
    05000 Gap
  • Téléphone: 04 92 53 79 42
  • Portable: 04 92 53 79 44
  • Télécopie: 04 92 53 79 43

  • http://www.son-site.aa
  • courriel@son-site.aa

  • Latitude: 44.561701
  • Longitude: 6.082842

Lorient

lorient
tFrançais Lorient
tBrezhonegAn Oriant
tPopulation 58 100 hab
tGentilé Lorientais
tSuperficie 17,48 km²
tDensité3323.8 hab/km²
tLatitude 47°45'54" N
tLongitude 3°22'58" W
tLatitude47.748452
tLongitude-3.366182

Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

Rue Bric et Brac

Étymologies et toponymes

Lorient, en breton An Oriant, doit son toponyme à cet Orient lointain qui voyait les navires de la Compagnie des Indes Orientales appareiller en ces lieux pour cette destination. Les gens parlant du port de L'Orient qui deviendra L'Orient, puis supprimant l'apostrophe contrairement au breton, ce Lorient que nous connaissons actuellement. Lorient, ville neuve, est née officiellement le 31 août 1666.

Anciennement cette région s'appelait le Faouët, sans doute en rapport avec des hêtraies remarquables, en breton Faoued. il est certifié qu'un port, plus modeste, existait en ces lieux: le 25 août 1487, François II°, Duc de Bretagne, exempte Jehan Perceval de Fouages pour l'avoir servi avec son navire, le Maria. La Compagnie des Indes, s'installant en ce lieu, ne faisait que développer un port du commerce breton qui, s'il armait en petite quantité, armait déjà bel et bien.

La première mention que nous ayons trouvé signalant cette aire existant à une époque où Lorient n'existait pas encore est datée de l'anéée 1037. Il s'agit de la donation à l'Abbaye de Sainte Croix de l'îlot de Tanguethen qui deviendra îlot Saint-Michel.

Lorient ayant fusionné la commune de Keryado, certains toponymes peuvent apparaître sous la rubrique keryadine.

  • Calvin - Kalc'hwenn
    Long: : -3.369948 - Lat: : 47.761986
    On pourrait se demander d'où sort ce Calvin né de la plume d'un fonctionnaire improbable si le toponyme breton, Kalc'hwen ne nous était connu. Kalc'h, en breton, signifie pénis mais nous est d'aucune utilité pour ce toponyme car nous le rapprocherons de Kelc'h - cercle, et Gwen - saint, sanctifié. Peut-être un cromlec'h maintenant disparu et ancien lieu de culte.
  • Carnel - Karnel
    Long: : -3.367466 - Lat: : 47.737806
    En breton Karnel est attesté en l'an 1650 avec un Kernel. Ce toponyme peut être interprété comme une hauteur, dérivant de Kern, ou comme un cimetière avec ce remarquable Karnel. Ce Karnel - Carnel, quartier de Lorient, voit donc le remarquable cimetière du même nom que nous vous invitons à visiter ; ici y reposent de grandes figures de la vie lorientaise.
  • Ilôt Saint michel - Tanguethen
    Long: : -3.358282 - Lat: : 47.725596
    Actuellement terrain militaire interdit d'accès. Haut lieu néolithique maintenant dévasté, cet îlot était appelé Tanguethen, dérivant, sous toutes réserves, de Tan - le feu, et d'un anthroponyme Guethen que l'on retrouve avec variantes dans multiples toponymes bretons.
    Tanguethen - Îlot Saint-Michel voyait l'existence d'un prieuré érigé après la donation de cet îlot à l'abbaye de Sainte-Croix en l'an 1037. Ce prieuré, christianisant un haut lieu néolithique, permettait de lutter contre les démons du paganisme et extirpait l'ancienne religion au bénéfice de la nouvelle religion chrétienne ; l'utilisation de Saint Michel, terrassant le démon - ici du paganisme, n'est donc pas sans signification.
  • Kerentrec'h - Kerantreizh
    Long: : -3.364837 - Lat: : 47.758132
    Un octroi y existait en son temps et ce toponyme signale bien un lieu de passage ; passage sur le Scorff évitant de remonter jusqu'à Pont-Scorff. Un bac y existait ; il était situé au pied de la chapelle Saint Christophe et disparaîtra avec la construction du pont du même nom.
  • Kergroise - Kergroaz
    Long: : -3.368925 - Lat: : 47.733130
    En breton Kergoaz, voit le port de commerce de la ville de Lorient et se prolonge sur la zone portuaire jusqu'à la Croix de la Vérité qui, avec une maison proche spécifiée par ce toponyme, Kergoraz = maison de la croix, aura donné son nom au quartier. Un phare existait encore en 1927 ; il était situé approximativement au niveau du dépôt d'hydrocarbures. Ce phare était construit à côté d'un moulin signalé en 1860 sous le nom de Moulin Collin.
  • Keroman - Kerroman
    Long: : -3.368925 - Lat: : 47.733130
    Ce toponyme, toujours usité, recouvre l'espace du slipway et l'espace occupé par la base sous-marine. Cette ancienne seigneurie de Lorient dont le château toujours existant en 1930 était situé près du slipway, nous rappelle une présence romaine en ces lieux ; romains qui ne pouvaient faire impasse sur cette baie si favorable à la navigation. Un moulin existait sur ce qui alors était une pointe ; servant d'amer, il a maintenant totalement disparu. Keroman voyait aussi multiples bancs d'huitres et la présence d'ostréiculteurs proposant leurs productions en ville. Ces producteurs ont disparu suite aux aménagements et modifications du trait de côte.
  • Keroz - Kerroz
    Long: : -3.369948 - Lat: : 47.761986
    Maintenant terrains de foot et toponyme lorientais un peu oublié, Keroze est localisé entre le château de Tréfaven et le pont Saint Christophe. Nous interpréterions ce toponyme comme dérivant de Ker - maison, et Roz - côteau ; la topographie du lieu confirmant cette interprétation.
  • La ville en bois -
    Long: : -3.359022 - Lat: : 47.757791
    Ce toponyme est lié à la naissance de Lorient. Ce quartier était construit en maisons de bois que nous qualifierons actuellement de bidonvilles. Une place de la Poterie, près du Pont des Indes, rappelle l'existence en ces lieux d'une faïencerie qui existait encore en 1789. De même, y existaient aussi un bac et un chantier naval, le Chantier du Blanc, situés près des ponts actuels.
  • Nouvelle ville - Kernevez Dianaou
    Long: : -3.363693 - Lat: : 47.742833
    En breton Kernevez Dianaou est, comme son nom l'indique, un quartier neuf. En 1866, cette zone était une vasière qui sera comblée ultérieurement. Nouveau quartier, nouvel habitat, nouvelle ville...
  • Tréfaven - Trefavenn
    Long: : -3.367820 - Lat: : 47.765215
    Signalé en 1218 avec Treisfaven, que nous retrouvons en breton contemporain avec un Trefavenn, voit les restes de l'imposant château sur des rives du Scorff. Ancien château-forteresse construit au XII° siècle par les turbulents seigneurs du Léon, il devient bien des Rohan, puis est réquisitionné pour les besoins de la Compagnie des Indes qui s'en sert comme dépôt de munitions, puis hôpital de manière éphémère pour servir de prison à plusieurs centaines de noirs antillais révoltés. Il deviendra bagne militaire entre 1790 et 1843, prison cruelle pour des militaires ayant refusé d'obéir à des ordres parfois aberrants comme le souligna si bien un certain Pierre Zaccone.
    Le Treisfaven de 1218 nous apporte précision sur ce toponyme que l'on ne traduira pas par Trois hêtres mais que l'on devra rapprocher de Aven - en gallois Afon, désignant une rivière et pas seulement celle de Pont-Aven. Tréfaven, ancien lieu de passage sur la rivière ?
    Probable...

PNos toponymes

Datant souvent des temps les plus anciens, images de l'Histoire, de ses hommes, de leurs langues, nos toponymes sont reflets de l'occupation des territoires par les civilisations qui se succèdent.

L'immense majorité de nos toponymes datent des temps les plus anciens, parfois du néolithique ou de la période préceltique, notamment les oronymes et hydronymes. Ils sont aussi légions à avoir été créés lors des grands défrichements qui ont fait naitre nos paysages, nos hameaux, nos villages et communes actuelles. Images de l'Histoire, de ses hommes et de leurs langues, plusieurs strates linguistiques y sont visibles.

Déplorons les néo-toponymes passe-partout, tristesse effrayante, déprimante et appliqués sans réflexion à des lieux chargés de si belle histoire. Combien de Kerlouano devenus Semaine des quatre jeudis, pour citer une commune bretonne au riche passé ; combien de nouvelles communes aux noms à faire pleurer pierres et monuments ; simple plaidoyer pour nos toponymes, si riches, si beaux, si maltraités par facilité intellectuelle.

Il n'y a pas si longtemps, champs, prés et lieux, si petits soient-ils, avaient un nom: un microtoponyme définissant ce lieu avec précision et fort riche d'information. Ces noms, avec une modernité toponymique, se perdent dans l'oubli. Nous tentons de les inscrire quand découverts et localisés fiablement.