GuidesAccueil

Dinéault

Guides excursionnistes et balades

:

Dinéault

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

Dinéault

dineault
tFrançais Dinéault
tBrezhonegDineol
tPopulation 1 700 hab
tGentilé dinéaultais
tSuperficie 45,96 km²
tDensité36.99 hab/km²
tLatitude 48°13'0" N
tLongitude 4°10'0" W
tLatitude48.216702
tLongitude-4.166670

Rue Bric et Brac

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Toponyme

dineault

Dineault en français correspond au Dineol breton. Attesté au XI° siècle sous la forme Dineule que nous retrouvons en 1395 avec un Dineaul. Ce toponyme est aisé à comprendre et dérive du mot Dun, forteresse élevée sur une hauteur, et Heol, an Heol, le soleil. Dineault - Dineol serait donc, à l'origine et sous toutes réserves, une forteresse, établie sur une hauteur ou un mamelon, et probablement bien exposée au soleil. Comme pour tous toponymes, cette explication serait à prendre avec réserves.

Héraldique

dineault

Dinéault
porte

d'or à une burelle d'azur, haussée, vivrée de trois pièces, accompagnée en chef de deux mouchetures d'hermine, calées dans les chevrons versés formés par la burelle, en pointe d'un vase sphérique de gueules, à une bordure crénelée du même

Blagounette

dineault

dineault  Bon sens notarial

Un notaire ne peut rien contre le tonnerre mais peut tout contre les clercs...

Dicton du jour

dineault



Genver a garg ar foz
C'hwevrer he dalc'h kloz.

Janvier remplit le fossé.
Février le tient clos.

Saint du jour

dineault

Noel Pinot  Noël Pinot - Bienheureux, prêtre à Angers

Exécuté le 21 février 1794, béatifié en 1926, Noël Pinot, natif d'Angers, était prêtre et curé du Loroux-Béconnais. Refusant de prêter serment de la Constitution Civile du Clergé, il continua à officier malgré les interdictions et les risques encourus. Comme tous les prêtres réfractaires, sa vie était devenue errance et ses offices liturgiques se faisaient de granges en granges, dans la plus grande discrétion et grâce au soutien de ses paroissiens et simples citoyens. Traqué comme bête, il fut arrêté par les bleus lors d'une messe nocturne dans une grange. Condamné à mort, il est guillotiné avec les habits sacerdotaux qu'il portait lors de son arrestation ; nous étions le 21 février.