NÎMES
NÎMES: Les arènes, les gladiateurs, les ours... La vie quoi !
t
Textes et photographies protégés
( sauf domaine publique )
Merci à Wikipédia d'arrêter de plagier
Cette page vous est offerte par

Votre Nom

GARD

H   Les toponymes des communes

Les toponymes de nos communes, pour certains, remontent aux temps les plus reculés, et même au néolithique pour les plus anciens. Au cours des siècles, ils ont subi les déformations du temps et, semblant parfois méconnaissables, sont une source d'informations remarquables.

Les listes départementales voient des ajouts réguliers ; n'hésitez donc pas à y revenir régulièrement.

GARD

tFrançais GARD
tPopulation 623 000 hab
tGentilé GARDOIS
tSuperficie 5 853,00 km²
tDensité 106.44 hab/km²
tLatitude 0°0'0" N
tLongitude 0°0'0" E
tLatitude
tLongitude

Partenaires

Page soutenue par
Votre Nom
Votre Nom
Votre rue
Code P.
< Votre site >
Tél: Votre Tél

Ils font vivre votre guide.
Lors de vos séjours, sélectionnez-les !



< Retour GARD >

GARD: Toponymes du département


AIGALIERS > AIGALIERS

Aigaliers, en langue occitane Aigaliers, est attesté en 1108 dans le cartulaire de la cathédrale Notre-Dame de Nîmes où il se retrouve sous la forme latine Aguilerium. Nous le retrouvons en 1384 sous une forme Aquilerium. Ce toponyme latin peut être lié à Aquila, l'aigle, mais dont le sens peut couvrir aussi bien l'oiseau, que la légion romaine, ou le porte-enseigne.


AIGREMONT > AIGREMONT

Aigremont, en occitan Aigremont, est attesté en l'an 957 et se retrouve dans le cartulaire de Nîmes sous la forme latine de Acre-Munto. Nous le retrouvons en 1060 sous la forme De Acre-Monte puis en 1162 sous la forme Acer-Mons. La signification de ce toponyme n'est pas difficile à comprendre ; il s'agit d'un mont âpre, sec, âcre, stérile qui a marqué cette place de son empreinte.


AIGUES-MORTES > AIGAS-MÒRTAS

Aigues-Mortes, en occitan Aigas Mòrtas, est attesté dès 1248, date à laquelle la commune apparaît dans les cartulaires de l'Abbaye de Psalmody sous sa forme latine Aquae Mortae. Ce toponyme signifie étangs, eaux mortes, non courantes et fait allusion aux étangs dont la ville est ceinturée.

Il est intéressant de signaler que les habitants d'Aigues-Mortes demandèrent à Saint Louis de nommer l'agglomération naissante du nom de eBona per Forsa - Bonne malgré le hasard. Le nom usuel Aigues-Mortes resta cependant en usage jusqu'à nos jours.


AIGUES-VIVES > AIGAS VIVAS

Aigues-Vives, en occitan Aigas Vivas, est attesté en l'an 1099 sous la forme latine Santuc Petrus de Aquaviva et nous le retrouvons dans le cartulaire de l'abbaye de Psalmody. Nous retrouvons ce toponyme en 1125 sous la forme Aqua viva puis, en l'an 1322, sous la forme Aquae Vivae. Ce toponyme rappelle l'existence d'eau et fontaines au débit assuré. Une commune très proche, Vergèze, voit une source de renommée mondiale; Perrier l'est tout autant !


AIGUÈZE > AIGUEZA


AIMARGUES >


ALÈS > ALÈS


ALLEGRE-LES-FUMADES >


ALZON >


ANDUZE >


ARAMON >


ARGILLIERS >


ARPAILLARGUES-ET-AUREILLAC >


ARPHY >


ARRE >


ARRIGAS >


ASPÈRES >


AUBAIS >


AUBORD >


AUBUSSARGUES >


AUJAC >


AUJARGUES >


AULAS >


AUMESSAS > AUMESSAÇ


AVEZE >


BAGARD >


BAGNOLS-SUR-CEZE >


BARJAC >


BARON >


BEAUCAIRE >


BEAUVOISIN >


BELLEGARDE >


BELVEZET >


BERNIS >


BESSEGES >


BEZ-ET-ESPARON >


BEZOUCE >


BLANDAS >


BLAUZAC >


BOISSET-ET-GAUJAC >


BOISSIÈRES >


BONNEVAUX >


BORDEZAC >


BOUCOIRAN-ET-NOZIÈRES >


BOUILLARGUES >


BOUQUET >


BOURDIC >


BRAGASSARGUES >


BRANOUX-LES-TAILLADES >


BREAU-ET-SALAGOSSE >


BRIGNON >


BROUZET-LES-ALES >


BROUZET-LES-QUISSAC >


CABRIÈRES >


CAISSARGUES >


CALVISSON >


CAMPESTRE-ET-LUC >


CANAULES-ET-ARGENTIÈRES >


CANNES-ET-CLAIRAN >


CARDET >


CARNAS >


CARSAN >


CASSAGNOLES >


CASTELNAU-VALENCE >


CASTILLON-DU-GARD >


CAUSSE-BEGON >


CAVEIRAC >


CAVILLARGUES >


CENDRAS >


CHAMBON >


CHAMBORIGAUD >


CHUSCLAN >


CLARENSAC >


CODOGNAN >


CODOLET >


COLLIAS >


COLLORGUES >


COLOGNAC >


COMBAS >


COMPS >


CONCOULES >


CONGENIÈS >


CONNAUX >


CONQUEYRAC >


CORBES >


CORCONNE >


CORNILLON >


COURRY >


CRESPIAN >


CROS >


CRUVIERS-LASCOURS >


DEAUX >


DIONS >


DOMAZAN >


DOMESSARGUES >


DOURBIES >


DURFORT-ET-SAINT-MARTIN-DE-SOSSENAC >


ESTÉZARGUES >


EUZET >


FLAUX >


FOISSAC >


FONS >


FONS-SUR-LUSSAN >


FONTANES >


FONTARECHES >


FOURNES >


FOURQUES >


FRESSAC >


GAGNIÈRES >


GAILHAN >


GAJAN >


GALLARGUES-LE-MONTUEUX >


GARONS >


GARRIGUES-SAINTE-EULALIE >


GAUJAC >


GENERAC >


GENERARGUES >


GENOLHAC >


GOUDARGUES >


ISSIRAC >


JONQUIÈRES-SAINT-VINCENT >


JUNAS >


L' ESTRECHURE >


LA BASTIDE-D'ENGRAS >


LA BRUGUIÈRE >


LA CADIÈRE-ET-CAMBO >


LA CALMETTE >


LA CAPELLE-ET-MASMOLÈNE >


LA GRAND-COMBE >


LA ROQUE-SUR-CEZE >


LA ROUVIÈRE >


LA VERNAREDE >


LAMELOUZE >


LANGLADE >


LANUEJOLS >


LASALLE >


LAUDUN-L'ARDOISE >


LAVAL-PRADEL >


LAVAL-SAINT-ROMAN >


LE CAILAR >


LE GARN >


LE GRAU-DU-ROI >


LE MARTINET >


LE PIN >


LE VIGAN >


LECQUES >


LEDENON >


LEDIGNAN >


LES ANGLES >


LES MAGES >


LES PLANS >


LES PLANTIERS >


LES SALLES-DU-GARDON >


LEZAN >


LIOUC >


LIRAC >


LOGRIAN-FLORIAN >


LUSSAN >


MALONS-ET-ELZE >


MANDAGOUT >


MANDUEL >


MARGUERITTES > MARGARIDA

Marguerittes, en occitan Margarida, est attesté pour la première fois connue en 979 dans le cartulaire de Notre-Dame de Nîmes et se trouve dans la phrase In terminium de villa Virgelosa, que vocant Margarita, loco ubi vocant Margarita,in territorio civitatis Nemausensis - Au bout des terres de Vireglosa, que l'on appelle Marguerittes. Il semble que ce toponyme dérive du mot latin Margărïta, perle mais aussi trésor.


MARS >


MARTIGNARGUES >


MARUEJOLS-LES-GARDON >


MASSANES >


MASSILLARGUES-ATTUECH >


MAURESSARGUES >


MEJANNES-LE-CLAP >


MEJANNES-LES-ALES >


MEYNES >


MEYRANNES >


MIALET >


MILHAUD >


MOLIÈRES-CAVAILLAC >


MOLIÈRES-SUR-CEZE >


MONOBLET >


MONS >


MONTAGNAC >


MONTAREN-ET-SAINT-MEDIERS >


MONTCLUS > MONCLÙS


MONTDARDIER >


MONTEILS >


MONTFAUCON >


MONTFRIN >


MONTIGNARGUES >


MONTMIRAT >


MONTPEZAT >


MOULEZAN >


MOUSSAC > MOÇAC

Moussac, en occitan Moçac, est attesté en 1169 pour la première fois certaine et se retrouve dans le cartulaire de Saint-Sauveur-de-la-Fontaine à Nîmes sous la forme Mozac ou Mozacum dans les archives du chapître de Nîmes. Le toponyme en -AC nous indique l'origine gallo-romaine de ce toponyme qui dérive sans doute de l'anthroponyme Mottius.


MUS >


NAGES-ET-SOLORGUES >


NAVACELLES >


NERS >


NÎMES > NIMES


NOTRE-DAME-DE-LA-ROUVIÈRE >


ORSAN >


ORTHOUX-SERIGNAC-QUILHAN >


PARIGNARGUES >


PEYREMALE >


PEYROLLES >


POMMIERS >


POMPIGNAN >


PONT-SAINT-ESPRIT >


PONTEILS-ET-BRESIS >


PORTES >


POTELIÈRES >


POUGNADORESSE >


POULX >


POUZILHAC >


PUECHREDON >


PUJAUT >


QUISSAC >


REDESSAN >


REMOULINS >


REVENS >


RIBAUTE-LES-TAVERNES >


RIVIÈRES >


ROBIAC-ROCHESSADOULE >


ROCHEFORT-DU-GARD >


ROCHEGUDE >


RODILHAN >


ROGUES >


ROQUEDUR >


ROQUEMAURE >


ROUSSON >


SABRAN >


SAINT-ALEXANDRÉ >


SAINT-AMBROIX >


SAINT-ANDRÉ-D'OLERARGUES >


SAINT-ANDRÉ-DE-MAJENCOULES >


SAINT-ANDRÉ-DE-ROQUEPERTUIS >


SAINT-ANDRÉ-DE-VALBORGNE >


SAINT-BAUZELY >


SAINT-BENEZET >


SAINT-BONNET-DE-SALENDRINQUE >


SAINT-BONNET-DU-GARD >


SAINT-BRES >


SAINT-BRESSON >


SAINT-CESAIRE-DE-GAUZIGNAN >


SAINT-CHAPTES >


SAINT-CHRISTOL-DE-RODIÈRES >


SAINT-CHRISTOL-LES-ALES >


SAINT-CLÉMENT >


SAINT-COME-ET-MARUEJOLS >


SAINT-DENIS >


SAINT-DEZERY >


SAINT-DIONIZY >


SAINT-ÉTIENNE-DE-L'OLM >


SAINT-ÉTIENNE-DES-SORTS >


SAINT-FÉLIX-DE-PALLIÈRES >


SAINT-FLORENT-SUR-AUZONNET >


SAINT-GENIÈS-DE-COMOLAS >


SAINT-GENIÈS-DE-MALGOIRES >


SAINT-GERVAIS >


SAINT-GERVASY >


SAINT-GILLES >


SAINT-HILAIRE-D'OZILHAN >


SAINT-HILAIRE-DE-BRETHMAS >


SAINT-HIPPOLYTE-DE-CATON >


SAINT-HIPPOLYTE-DE-MONTAIGU >


SAINT-HIPPOLYTE-DU-FORT >


SAINT-JEAN-DE-CEYRARGUES >


SAINT-JEAN-DE-CRIEULON >


SAINT-JEAN-DE-MARUEJOLS-ET-AVEJAN >


SAINT-JEAN-DE-SERRES >


SAINT-JEAN-DE-VALERISCLE >


SAINT-JEAN-DU-GARD >


SAINT-JEAN-DU-PIN >


SAINT-JULIEN-DE-CASSAGNAS >


SAINT-JULIEN-DE-LA-NEF >


SAINT-JULIEN-DE-PEYROLAS >


SAINT-JULIEN-LES-ROSIERS >


SAINT-JUST-ET-VACQUIÈRES >


SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE >


SAINT-LAURENT-DE-CARNOLS >


SAINT-LAURENT-DES-ARBRES >


SAINT-LAURENT-LA-VERNEDE >


SAINT-LAURENT-LE-MINIER >


SAINT-MAMERT-DU-GARD >


SAINT-MARCEL-DE-CAREIRET >


SAINT-MARTIAL >


SAINT-MARTIN-DE-VALGALGUES >


SAINT-MAURICE-DE-CAZEVIEILLE >


SAINT-MAXIMIN >


SAINT-MICHEL-D'EUZET >


SAINT-NAZAIRE >


SAINT-NAZAIRE-DES-GARDIES >


SAINT-PAUL-LA-COSTE >


SAINT-PAUL-LES-FONTS >


SAINT-PAULET-DE-CAISSON >


SAINT-PONS-LA-CALM >


SAINT-PRIVAT-DE-CHAMPCLOS >


SAINT-PRIVAT-DES-VIEUX >


SAINT-QUENTIN-LA-POTERIE >


SAINT-ROMAN-DE-CODIÈRES >


SAINT-SAUVEUR-CAMPRIEU >


SAINT-SEBASTIEN-D'AIGREFEUILLE >


SAINT-SIFFRET >


SAINT-THEODORIT >


SAINT-VICTOR-DE-MALCAP >


SAINT-VICTOR-DES-OULES >


SAINT-VICTOR-LA-COSTE >


SAINTE-ANASTASIE >


SAINTE-CECILE-D'ANDORGE >


SAINTE-CROIX-DE-CADERLE >


SALAZAC >


SALINDRES >


SALINELLES >


SANILHAC-SAGRIES >


SARDAN >


SAUMANE >


SAUVE >


SAUVETERRE >


SAUZET >


SAVIGNARGUES >


SAZE >


SENECHAS >


SERNHAC >


SERVAS >


SERVIERS-ET-LABAUME >


SEYNES >


SOMMIÈRES >


SOUDORGUES >


SOUSTELLE >


SOUVIGNARGUES >


SUMENE >


TAVEL >


THARAUX >


THEZIERS >


THOIRAS >


TORNAC >


TRESQUES >


TRÈVES > TRÈVAS


UCHAUD >


UZES >

Uzès, Usès en occitan, est signalée en l'an 506 pour la première fois connue dans les écrits et se retrouve sur une monnaie mérovingienne. Nous retrouvons le toponyme en 813 avec un in pago Ucetico. Il semblerait que ce toponyme soit pré-celtique et reste de signification inconnue.


VABRES >


VALLABREGUES >


VALLABRIX >


VALLERARGUES >


VALLERAUGUE >


VALLIGUIÈRES >


VAUVERT >


VENEJAN >


VERFEUIL >


VERGEZE >


VERS-PONT-DU-GARD >


VESTRIC-ET-CANDIAC >


VÉZÉNOBRES > VENÒBRE


VIC-LE-FESQ >


VILLENEUVE-LES-AVIGNON >


VILLEVIEILLE >


VISSEC >


< Retour GARD >