GuidesAccueil

La haye-de-routot

Guides excursionnistes et balades

:

La haye-de-routot

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

La haye-de-routot

haye-de-routot
tFrançaisLa haye-de-routot
tPopulation 300 hab
tGentilé
tSuperficie 2,51 km²
tDensité119.52 hab/km²
tLatitude 49°24'0" N
tLongitude 0°44'60" E
tLatitude49.400002
tLongitude0.733333

Rue Bric et Brac

Sponsor

Vous pouvez soutenir notre projet en sponsorisant les pages de cette commune pour un budget modique et intéressant.

N'hésitez pas à cliquer le logo et y découvrir notre proposition de partenariat.

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Héraldique

haye-de-routot

La haye-de-routot
porte

n'étant pas encore vérifié, nous leur avons donné un blason d'attente de gueules plain

Blagounette

haye-de-routot

haye-de-routot  Mauvaise réponse - Année 1937

Entendant du bruit dans la maison, au cœur de la nuit, Ambroise crie bien fort à sa sœur:
- Suzanne, apporte-moi le révolver.
Mais Suzanne, trop naïve, répond aussi en criant aussi fort que son frère:
- Ambroise, tu sais bien que nous avons pas de révolver !
Nosu ne savons pourquoi mais les cambrioleurs terminèrent leur besogne...

Dicton du jour

haye-de-routot



Avril le doux
Quand il se fâche est pire que tous.

Saint du jour

haye-de-routot

Saint Bérenger  Bérenger de Toulouse - Saint, bénédictin, XI° siècle

Entré dans l'ordre monastique suivant la règle de Saint Benoit, Bérenger, natif de Toulouse, suit les règles bénédictines avec un tel zèle que cela le mènera à la béatification.
Né vers l'an 1005 dans la ville rose, fils de noble, vertueux, il est entré dans les ordres dès son adolescence à l'abbaye de Saint Papoul dans la commune du même nom. Menant vie rigoureuse, maître des novices, il devient aumonier du monastère et y décède vers l'an 1093. Ses reliques seront source miraculeuse.