GuidesAccueil

Bohas-Meyriat-Rignat

Guides excursionnistes et balades

:

Bohas-Meyriat-Rignat

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

Bohas-Meyriat-Rignat

bohas-meyriat-rignat
tFrançais Bohas-Meyriat-Rignat
tArpitan
tPopulation 800 hab
tGentilé -
tSuperficie 23,51 km²
tDensité34.03 hab/km²
tLatitude 46°8'60" N
tLongitude 5°24'0" E
tLatitude46.133301
tLongitude5.400000

Rue Bric et Brac

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Toponyme

bohas-meyriat-rignat

Bohas-Meyriat-Rignat est né en 1974 de la fusion des villages de Bohas, Meyriat et Rignat.
Nous trouvons trace de Bohas en 1170, et nous le retrouvons sous la forme Bua. En 1250, dans le Puillé de Lyon, nous retrouvons un Buas. Ce toponyme dérive de Badacho, anthroponyme germanique.

Héraldique

bohas-meyriat-rignat

Bohas-Meyriat-Rignat
porte

n'ayant pas de blason, nous lui avons donné un blason d'attente de sinople plain

Blagounette

bohas-meyriat-rignat

bohas-meyriat-rignat  Au tribunal - Année 1896

Une femme se retrouve en correctionnelle pour quelque méfait. Le Président lui pose quelques questions :
- Êtes-vous mariée ?
- Oui... Non... Euh... Monsieur le président...
Le président, bon homme, voyant sa cliente embarrassée lance alors :
- Madame s’en rapporte donc à la sagesse du tribunal !

Dicton du jour

bohas-meyriat-rignat



En jun, vent dòu sera
de gran, n'espéra

En juin, vent du soir
Pour le grain, bon espoir.

Saint du jour

bohas-meyriat-rignat

K  François de Sales - Évêque de Genève

Saint patron des sourds-muets - il protégea un certain Martin, sourd-muet, Saint François de Sales fut aussi évêque de Genève bien sue résidant à Annecy. Destiné à une carrière juridique, en proie aux doutes et, pour utiliser une expression actuelle, Mal dans sa peau, François embrasse la vie religieuse après avoir lu une prière écrite par Saint Bernard. Brillant, fréquentant les penseurs de son temps, il introduit plusieurs ordres religieux en Savoie, apporte la paix à Sainte Jeanne de Chantal, fonde l'ordre des Visitandines, qui apporteront vie religieuse aux femmes de faible santé. François écrit aussi beaucoup, dans ses Gazettes, ce qui lui vaudra d'être aussi le saint patron des journalistes. Né un 21 août 1567, il meurt le 28 décembre 1622 à Lyon.