GuidesAccueil

Baneins

Guides excursionnistes et balades

:

Baneins

En page Mairie

  • Le mot du maire
  • Infos communales
  • Le conseil municipal
  • Les associations


Merci à wikipédia et autres d'arrêter de plagier nos textes et travail

Baneins

baneins
tFrançais Baneins
tArpitan
tPopulation 600 hab
tGentilé athaniens
tSuperficie 8,91 km²
tDensité67.34 hab/km²
tLatitude 46°7'0" N
tLongitude 4°54'0" E
tLatitude46.116699
tLongitude4.900000

Rue Bric et Brac

Carte

Découvrez la carte de la commune.

Nous y avons réalisé lien vers l'Institut Géographique National - IGN - dont la qualité des cartes est remarquable.

Vous sélectionnerez l'échelle de la carte en fonction des activités prévues ; plutôt cartes à petite échelle si vous rayonnez large ; plutôt grande échelle si vous recherchez le détail.

Toponyme

baneins

Baneins fait partie de ces rares toponymes qui ont passé les siècles sans trop être déformé par l'usage. Nous retrouvons Baneins sous une forme très proche, Banneins, en 1228 et le retrouvons en 1327 sous l'écriture Baneins. À l'origine simple seigneurie, Baneins va supplanter le nom originel de la paroisse Athaneins et passer dans l'usage courant pour désigner cette paroisse qui deviendra commune à la révolution. Le château, sans doute maison forte, a disparu avec les ans.

Héraldique

baneins

Baneins
porte

n'ayant pas de blason, nous lui avons donné un blason d'attente de sinople plain

Blagounette

baneins

baneins  Illisible lisible - Année 1937

L'instituteur dit à Justin, l'élève qui écrit comme un cochon patouilleur:
- Justin, je t'ai déjà dit de soigner ton écriture ; dans ta dictée, deux mots sont totalement illisibles.
- Lesquels ? demande Justin
- Emballe et Cheval !

Dicton du jour

baneins



En jun, vent dòu sera
de gran, n'espéra

En juin, vent du soir
Pour le grain, bon espoir.

Saint du jour

baneins

K  François de Sales - Évêque de Genève

Saint patron des sourds-muets - il protégea un certain Martin, sourd-muet, Saint François de Sales fut aussi évêque de Genève bien sue résidant à Annecy. Destiné à une carrière juridique, en proie aux doutes et, pour utiliser une expression actuelle, Mal dans sa peau, François embrasse la vie religieuse après avoir lu une prière écrite par Saint Bernard. Brillant, fréquentant les penseurs de son temps, il introduit plusieurs ordres religieux en Savoie, apporte la paix à Sainte Jeanne de Chantal, fonde l'ordre des Visitandines, qui apporteront vie religieuse aux femmes de faible santé. François écrit aussi beaucoup, dans ses Gazettes, ce qui lui vaudra d'être aussi le saint patron des journalistes. Né un 21 août 1567, il meurt le 28 décembre 1622 à Lyon.