GAP
GAP: Soir de Gap
t
Textes et photographies protégés
( sauf domaine publique )
Textes et images déposés
Cette page vous est offerte par

Votre Nom

GAP

tFrançaisGAP
tOccitan GAP
tPopulation 38600
tGentilé GAPENÇAIS
tSuperficie 110.43 km²
tDensité349.54 hab/km²
tLatitude 44°34'0" N
tLongitude 6°5'60" E
tLatitude 44.566700
tLongitude 6.083330

Communes limitrophes


t

Mobile


En visite ou en balade, vous pouvez utilisez le guide sur votre téléphone mobile...


Partenaires

Page soutenue par
Votre Nom
Votre Nom
Votre adresse
05000 GAP
< Votre site >
Tél: Votre Tél

Ils font vivre votre guide.
Lors de vos séjours, sélectionnez-les !



< Retour GAP >

Saint Arey, berneur de démons

S’ils se font très discrets en nos temps modernes, saints et démons du passé avaient une vie plutôt agitée et se fréquentaient assidument; ceci toujours au détriment des démons, bien sûr. Saint Arey, dont vous aurez peut-être emprunté la rue qui rappelle sa mémoire lors de votre séjour gapençais, ne pouvait échapper à cette règle.

Saint Arey, de son vrai nom Arigius, fut évêque de Gap de l’an 579 à l’an 605. Homme d’une grande sainteté, d’ailleurs il ne serait pas saint sans cela, grimpait régulièrement la colline de Saint Méens et, lors de sa petite balade, s’arrêtait systématiquement à la fontaine de Saint Méens pour s’y désaltérer...

Lucifer
Lucifer et deux diables

Un certain soir d’hiver, fatigué et assoiffé de sa marche, Saint Arey allait s’arrêter près de la fontaine quand il y découvrit une bande de démons dont l’un se vantait d’avoir fait tomber le Saint Pontife dans le péché d’incontinence et de luxure et, cela étant le summum du pire, que ce même Saint Pontife allait célébrer la messe du Jeudi Saint dans cet état de péché mortel.

Les saints de l'époque ayant vigueur, coups de poings faciles et ruses démoniaques à l'esprit, le sang de Saint Arey ne pouvait faire qu’un tour devant une telle horreur. Il intima, homme à poigne qu’il était, à ce démon certes moqueur mais bien courtois, de le porter jusqu’à Rome, et ceci le plus rapidement possible; c’est à dire immédiatement. Ce brave et dévoué démon ne voulant par contre rendre service gratuitement à son ennemi lui demanda quand même compensation ce que, Saint Arey étant homme de cœur et sans détours, accepta volontiers en lui proposant de lui offrir les futurs reliefs de son repas du Jeudi Saint; nous savons tous que les saints de l'époque avaient solide appétit et faisaient bonne table...

Le démon, ayant accepté ce marché prometteur, porta immédiatement Saint Arey jusqu’à Rome, permettant à celui-ci de confesser le Saint Père et le sauvant d’un péché qui ne pouvait qu'être mortel. Très courtois et bien serviable, notre brave portefaix de démon ramena illico notre bon Saint Arey sur son dos, et ceci jusqu’à cette fameuse fontaine de Saint Méens toujours existante.

Vint l’heure de ce fameux repas du Jeudi Saint; repas que le démon savait toujours copieux mais qui, ce jour-là, ne se composa que de noix dont Saint Arey, homme de parole, offrit les restes au démon dépité...

Il reste toujours une question en suspend:

- Pourquoi le diable, naif de service, est-il toujours surnommé le Malin ?

< Retour GAP >