ABRIÈS
ABRIÈS: Lisez bien...
t
Textes et photographies protégés
( sauf domaine publique )
Textes et images déposés
Cette page vous est offerte par

B. Galtsog - Traductrice russe

ABRIÈS

Si maintenant traverser un pays n'est guère long, il fut une époque où ces voyages demandaient du temps. Le voyageur, en diligence aux pas lents des chevaux ou aux cliquetis réguliers du train sur les rails, lisait qui un livre, qui des journaux. Voici donc quelques coupures de cette ancienne presse que vous auriez sûrement lues lors de votre voyage...

tFrançaisABRIÈS
t ABRIES
tPopulation 400
tGentilé ABRIESSOIS
tSuperficie 77.13 km²
tDensité5.19 hab/km²
tLatitude 44°47'60" N
tLongitude 6°56'60" E
tLatitude 44.783298
tLongitude 6.933330

Communes limitrophes


t

Mobile


En visite ou en balade, vous pouvez utilisez le guide sur votre téléphone mobile...


Partenaires

Page soutenue par
B. Galtsog - Traductrice russe
B. Galtsog - Traductrice russe
8, rue des Charmettes
05000 GAP
< Votre site >
Tél: 04 92 24 49 86

Ils font vivre votre guide.
Lors de vos séjours, sélectionnez-les !



< Retour ABRIÈS >

Les nouvelles d'Abriès

Abriès   Hiver cruel

Abriès - Le cruel hiver que nous venons de traverser a été particulièrement dur pour les pauvres gens qui habitent les pays de montagne. Les facteurs des postes surtout ont été fort éprouvés. Quelques-uns sont, même restés ensevelis sous des avalanches, tel le facteur Blanc, d'Abriès dont Le Temps nous raconte la triste fin.
Sur le chemin d'Abriès à Bobbio quelques mètres, avant d'atteindre le col de la Croix - 2,300 mètres - séparant la France de l'Italie, est un refuge national construit sous le Premier Empire. Jadis, excellent poste d'observation sur la haute vallée de Guil et sur le Val Felice, il était confié à la garde d'un cantonnier marié. Mais, soit incurie, soit complaisance du cantonnier ou de la cantonnière, nos voisins d'au delà des Alpes ne se gênaient point pour profiter des avantages de ce poste et venir nous observer. Aussi, depuis quelques années, les inspecteurs militaires ont-ils substitué au ménage, deux gendarmes chargés d'ouvrir l'œil.
Le refuge était, approvisionné tous les deux jours parle facteur Blanc, d'Abriès, qui portait lettres et nourriture aux gendarmes, à trois heures de marche. Or, fin janvier, la neige tomba en telle abondance que les couloirs presque verticaux qui accèdent au col de la Croix furent comblés en une nuit. Blanc, néanmoins, voulut faire l'impossible, et monta quand même. On ne le vit pas revenir.
Le lendemain, on se mit à sa recherche. On découvrit, enseveli sous une avalanche, au bas d'un couloir, le cadavre de ce malheureux.
Mais le pis, c'est que, depuis lors on n'a pu accéder au refuge, malgré de multiples tentatives. Les deux gendarmes, de là-haut, téléphonent désespérément. Ils ont bien encore quelques boîtes de conserves, mais ni pain, ni sel, ni bougies, ni allumettes, ni tabac. Sitôt que la nuit tombe, ils ne connaissent que l'obscurité. Dans quelle anxiété ils doivent être, ces humbles gardiens du refuge !
Tous les jours, dans le Queyras, la neige tombe par quantité considérable. Ce terrible état de captivité peut durer un mois encore, deux peut-être, et l'on se demande si les emmurés — enneigés — du col de la Croix y résisteront.
Nous espérons que des mesures seront prises pour mettre fin aux souffrances de ces victimes du devoir. Quant aux facteurs montagnards dont le zèle et le courage sont au-dessus de tout éloge, il appartient au ministre des postes de leur accorder les justes récompenses que ces modestes serviteurs ont si bien méritées.

LE PETIT JOURNAL - 17 mars 1895

< Retour ABRIÈS >