GuidesAccueil

Menton

Conte ou légende
Menton
Menton: Promenade mentonnaise

Sponsor

menton
<Cliquez l'image>




TMenton: Conte ou légende

À Menton et ses environs, elle connut son heure de gloire et, lors des veillées locales, elle anima certainement les soirées.

Le conteur, préparant sa prestation, n'hésitait pas à se lancer dans des improvisations, il brodait, déformait, virevoletait au gré de son imagination pour créer un spectacle unique.

Assis près de la cheminée, jetant des herbes au feu, il faisait naître des flammes colorées et parfumées ; créant le son et lumières d'antan, il y rajoutait les parfums.

Passant à Menton, vous vous souviendrez peut-être de cette légende locale.

Menton

menton


tLangue Menton
 
tPopulation 28 800
tGentilé mentonnais
tSuperficie 14,05 km²
tDensité2049.82 /km²
 
tLatitude 43°47'60" N
tLongitude 7°30'0" E
tLatitude43.783298
tLongitude7.500000


Rue Bric et Brac

TLa Camiletta

Menton
La Camiletta

Un veuf qui avait une fille jeune encore, se remaria et eut une autre fille de son second mariage. La marâtre n'aimait pas sa belle-fille et ne lui donnait que peu à manger. Camilletta était le nom de la pauvre petite qui était chargée par sa marâtre de porter le dîner à son père travaillant à la campagne.

TLa Camiletta, un conte de Menton

Un veuf qui avait une fille jeune encore, se remaria et eut une autre fille de son second mariage. La marâtre n'aimait pas sa belle-fille et ne lui donnait que peu à manger.

Camilletta était le nom de la pauvre petite qui était chargée par sa marâtre de porter le dîner à son père travaillant à la campagne. Un jour, le père s'aperçut que la pauvre Camilletta était maigre et affamée, et il lui en demanda la raison. Il apprit ainsi que la marâtre était méchante pour elle et il se mit à chercher le moyen de la faire sortir de cette situation difficile. Or, Camilleta, un jour, ne put résister à la faim qui la torturait; elle prit un morceau de viande et se mit à le faire cuire dans la casserole. La marâtre furieuse poussa l'enfant dans une armoire et l'y enferma. Camilletta mourut étouffée!

Lorsque, ce soir là, le père revint de son travail, il demanda où était Camilletta !

— Je n'en sais rien, dit la femme, je l'ai envoyée vous porter votre dîner.

Après cela, elle prit secrètement le corps de l'enfant, le dépeça, le fit cuire, et en envoya un morceau au père qui le mangea le lendemain à son repas, pensant que c'était de la viande. Son repas terminé, il entendit une voix qui disait:

"Ma maïrastra pica pasta,
M'a buiia, m'a roustia,
M'a mandaïa a r'a. vignetta,
Per ma souare Catarinetta,
Che mon paire m'a mangiaïa à diarna."
Ce qui traduit en français donne:
"Ma marâtre, frappeuse de pâte,
m'a bouillie, m'a rôtie,
m'a envoyé à la vignette,
par ma sœur Catherinette,
que mon père m'a mangée au dîner.

Le père regarda qui pouvait parler ainsi, mais il ne vit qu'un gros oiseau blanc de la grosseur d'un corbeau ou d'un poulet.

Il raconta à sa femme ce qu'il avait entendu, mais elle s'en moqua, et prétendit que la viande avait été achetée chez le boucher pour lui faire fête, de sorte que la pauvre petite ne fut jamais vengée !

Conté par une femme de Menton née aux environs de Vintimille à J-B Andrews - Année 1886